Routines et rappels

Il est important de créer des habitudes quotidiennes pour l’habillage, les soins de toilette, le bain et l’alimentation de la personne atteinte de la maladie d'Alzheimer ou d’une maladie apparentée. Non seulement la routine lui permet de savoir à quoi s’attendre, elle l’aide à rester autonome et à se faire une meilleure opinion d’elle-même.

Un jour ou l’autre, elle perdra sa capacité de poursuivre seule la routine quotidienne et dépendra des autres pour l’aider. Cependant, il est important qu’elle veille à ses propres besoins le plus possible et le plus longtemps possible. Sa confiance en elle-même et son amour-propre en bénéficieront, et elle se sentira mieux.

Pour vous faciliter la tâche, suivez la routine à laquelle elle a été habituée tout au long de sa vie. Par exemple, si elle avait l'habitude de prendre son bain le matin, il est préférable d'en faire la règle. En faisant les choses dans le même ordre, tous les jours, elle saura à quoi s'attendre.

Les aide-mémoire sont également importants, particulièrement au début de la maladie. Ils peuvent prendre la forme de notes écrites sur le réfrigérateur, pour lui rappeler de manger, ou d'étiquettes sur les armoires, pour lui rappeler ce qu'il y a à l'intérieur.

Si elle ne comprend plus les mots, vous pouvez utiliser des couleurs ou des images. Une brosse à dents sur le comptoir lui rappellera de se brosser les dents. Les vêtements disposés dans l'ordre où ils devront être mis lui faciliteront la tâche au moment de s'habiller. Il sera peut-être également nécessaire de lui rappeler à intervalles réguliers d'aller aux toilettes.

Aider avec la routine

Si vous prenez soin de votre conjoint atteint de la maladie d’Alzheimer, vous ne savez peut-être pas trop comment et jusqu’à quel point vous pouvez l’aider. Parfois, il aurait besoin d’aide, mais veut s’occuper tout seul de ses propres soins. Vous savez que vous pourriez faire le travail plus rapidement, ou l’aider à le faire plus efficacement, et vous éprouvez sans doute un sentiment de frustration. Ne succombez pas à la tentation de tout faire pour lui, même s’il a beaucoup de difficultés. S’il perdait sa confiance en lui-même, tout deviendrait encore plus difficile.

Quand vous l’aidez, essayez de faire le travail avec lui, plutôt que de tout faire pour lui. Cela lui donnera davantage l’impression de rester maître de la situation et de s’impliquer de plus près. Essayez de mettre l’accent sur ce qu’il peut faire, plutôt que sur ses capacités perdues.

Tenez compte du fait qu’une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer ou d’une maladie apparentée éprouve de la difficulté à apprendre de nouvelles choses, à se souvenir des étapes à suivre pour réaliser une tâche et à rester concentrée longtemps. Allez-y lentement, essayez d’être patiente et prenez des pauses. Encouragez-le et ne perdez pas votre sens de l’humour.

Conseils pour faciliter la routine

  • Essayez de diviser la tâche à accomplir en étapes. Par exemple, il pourra s’habiller plus facilement si ses vêtements sont déposés dans l’ordre qu’il doit suivre pour les enfiler. Ou encore, présentez-lui ses vêtements un à un, en l’aidant à les prendre au bon endroit, ou encouragez-le à enfiler son chandail par la tête, quitte à le rajuster vous-même par la suite.
  • Même s’il ne peut exécuter toute la tâche, il ressentira une forme d’accomplissement s’il peut franchir deux ou trois étapes, particulièrement l’étape finale.
  • Donnez-lui des rappels et des directives simples. Utilisez de courtes phrases, un langage corporel expressif et des gestes précis pour donner plus de significations à vos mots.
  • Faites preuve de tact. Essayez d’utiliser le langage clair et précis que vous aimeriez qu’on utilise si vous étiez à sa place.
  • Faites des choses ensemble, comme plier des vêtements ou essuyer la vaisselle.
  • S’il y a des activités que vous faites régulièrement, essayez de les intégrer dans votre routine quotidienne.
  • Faites en sorte qu’il ne se sente pas surveillé ou critiqué d’une manière ou d’une autre. Cela veut dire de faire attention au ton de votre voix et aux mots que vous utilisez.
  • Au stade avancé de la maladie, essayez de pointer les choses du doigt, de démontrer par l’exemple et de guider son action plutôt que de lui donner une explication verbale. Par exemple, la personne se brossera peut-être elle-même les cheveux si vous mettez dans sa main une brosse à cheveux et si vous guidez doucement ses premiers mouvements. Essayez de donner des sons rassurants et encourageants avec votre voix, plutôt que d’utiliser des mots.

(Cette liste a été adaptée d’un document de la Société Alzheimer de Grande-Bretagne). http://www.alzheimers.org.uk/site/scripts/documents_info.php?documentID=115 (en anglais)


Last Updated: 01/08/2015