Nos services

Imprimer

Perte cognitive et perte auditive

Le saviez-vous…

  • Il existe une association clinique significative entre la perte auditive et le déclin cognitif. Les personnes atteintes d’une perte d’acuité auditive présentent un taux accéléré de déclin cognitif et un risque accru de déficience cognitive1.
  • Les mécanismes potentiels derrière la relation mise à jour entre la perte auditive et la perte cognitive, particulièrement en ce qui a trait au risque accru de développer l’Alzheimer ou une maladie apparentée2, restent à démontrer. Au nombre des explications possibles, mentionnons une plus grande isolation sociale, des altérations au cerveau, ou la présence d’un processus commun qui influence aussi bien le fonctionnement auditif que cognitif chez les personnes âgées.

Vous trouverez ci-dessous certaines problématiques auxquelles vous avez peut-être déjà été confronté dans votre bureau, leurs implications sur le processus d’évaluation cognitive, et quelques pistes de solution pour vous assurer de donner à vos clients les meilleurs soins possibles.

Problématique

Implications pour les évaluations
cognitives et le traitement

À mesure qu’elles avancent en âge, certaines personnes peuvent constater une altération dans leurs capacités de traitement auditif ou dans leurs facultés cognitives.

  • En raison de ces altérations, les personnes âgées peuvent avoir besoin de plus de temps pour traiter et comprendre les sons qu’elles entendent3.
  • Donnez-vous suffisamment de temps pour effectuer vos évaluations, de manière à maximiser la capacité de votre patient à comprendre les questions, instructions ou informations que vous leur transmettez. Encouragez vos patients à vous faire répéter s’ils ne comprennent pas.
  • Si possible, mettez à contribution un membre de sa famille.
  • Donnez à vos patients des instructions écrites qu’ils pourront consulter à la maison (par exemple : « Prenez votre Metoprolol en mangeant, ou juste après avoir mangé. »)

Les personnes touchées par une perte auditive hésitent parfois à chercher de l’aide.

  • En moyenne, une personne qui éprouve une perte auditive attend 10 ans avant d’aller chercher de l’aide4.
  • Même si votre patient ne porte pas de prothèse auditive, ne présumez pas qu’il n’a pas de difficulté à vous entendre.
  • Voici quelques questions simples à poser à vos patients pour dépister une perte auditive : « Demandez-vous souvent aux gens de parler plus fort? »; « Devez-vous augmenter le volume de la radio ou de la télé pour comprendre ce qui se dit? »; « Pendant une conversation, trouvez-vous souvent que les gens marmonnent? » « Avez-vous de la difficulté à suivre la conversation dans un restaurant bruyant?
  • Considérez la possibilité de vous procurer un amplificateur personnel, comme un « Pocketalker » ou amplificateur personnel, pour parler à vos patients.
  • Si vous pensez que votre patient a une déficience auditive, dirigez-le vers un audiologiste. Ces soins sont couverts par la plupart des régimes provinciaux de soins de santé (En Ontario, par exemple, les examens de l’audition sont couverts.
Dans la plupart des cas, les tests cognitifs (par exemple le MMSE ou le MoCA) reposent beaucoup sur la capacité de la personne d’entendre et de traiter les questions et les instructions données5.
  • Ne pas tenir compte de la perte auditive pourrait donner lieu à une évaluation inexacte des capacités cognitives de la personne examinée.
  • Les patients n’entendent peut-être pas les questions ou ne comprennent pas les instructions du test. Cela pourrait entraîner une note artificiellement basse sur les tests cognitifs et une surévaluation du niveau de trouble cognitif de la personne.
  • Faites passer le test à vos patients dans une pièce calme, et assurez-vous que le volume de votre voix est adéquat. Pensez à utiliser un appareil pour amplifier votre voix.
  • Dirigez votre patient vers un otorhinolaryngologiste s’il se plaint de douleurs aux oreilles ou s’il a l’impression d’avoir les oreilles bouchées ou assourdies. Il a peut-être une accumulation de cérumen dans le conduit auditif. L’élimination du cérumen pourrait améliorer ses résultats auditifs et cognitifs6,7.

Les symptômes comportementaux (par exemple répétition, agitation) généralement attribués à la perte cognitive de la personne pourraient être reliés ou exacerbés par la perte auditive.

  • Plusieurs des symptômes éprouvés par les personnes atteintes de troubles cognitifs se superposent aux comportements reliés à la perte auditive. Par exemple, ces personnes comprennent moins ce qui se dit autour d’elles, elles doivent constamment faire répéter, leur mémoire à court terme vacille, et elles ont de la difficulté à suivre les conversations, tous des problèmes qui peuvent être reliés à la perte auditive ou cognitive.
  • Les médecins ne considèrent pas toujours que la perte d’audition soit un facteur de ces symptômes.
  • Aux stades plus avancés de perte cognitive, les symptômes comportementaux comme l’agitation, l’errance et les hallucinations peuvent être reliés aux perturbations dans le traitement des informations auditives.
  • Assurez-vous que vos clients portent leur prothèse auditive, que le dispositif de protection contre le cérumen soit en place et que les piles fonctionnent.

Ressources

Joining up: Why people with hearing loss or deafness would benefit from an integrated response to long-term conditionsAction on hearing loss, 2013.   

Communicating, Alzheimer’s Society UK, 2012.    

L’importance de considérer les dispositifs d’aide auditive pour les personnes atteintes de troubles cognitifs, webinaire SAC – CDRAKE, présentation de Kate Dupuis, neuropsychologue clinique, et Debbie Ostroff, audiologiste agrée (le 14 mai, 2014).


1  Gurgel RK et al. “Relationship of hearing loss and dementia: A prospective, population-based study”, Otology & Neurotology, 2014.
2 Lin FR et al. “Hearing loss and incident dementia”, Archives of Neurology, 2011, 68(2), 214-220.
3 Schneider BA et al. “Effects of senescent changes in audition and cognition on spoken language comprehension”, The Aging Auditory System, Springer Handbook of Auditory Research, 2010, Vol. 34, 167-210.  Schneider BA et al. “Effects of senescent changes in audition and cognition on spoken language comprehension”,  2010, Vol. 34, 167-210.
4 Davis A et al. “Acceptability, benefit and costs of early screening for hearing disability: A study of potential screening tests and models”, Health Technology Assessment Journal, 2007, 11(42):1-294.
5 Pichora-Fuller MK et al. “Helping older people with cognitive decline communicate: Hearing aids as part of a broader rehabilitation approach”, Seminars in Hearing, 2013, 34(04): 308-330.
6 Lewis‐Cullinan C, Janken JK, “Effect of cerumen removal on the hearing ability of geriatric patients”, Journal of advanced nursing, 1990, 15 (5), 594-600.
7 Moore A et al. “Cerumen, hearing, and cognition in the elderly”, Journal of the American Medical Directors Association, 2002, 3 (3), 136-139.

Mise à jour : 01/03/16
Retour au début