Quotidien

Imprimer

Les idées délirantes et les hallucinations

Les idées délirantes et les hallucinations sont des symptômes de la maladie d’Alzheimer et des maladies apparentées. Lorsqu’elles éprouvent des idées délirantes ou des hallucinations, les gens ne voient pas les choses comme elles sont vraiment.

Les idées délirantes sont des convictions fausses. Même si vous prouvez quelque chose à une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer, cela ne changera pas ses convictions. Par exemple, une personne atteinte de la maladie peut croire que quelqu’un d’autre vit dans sa maison, alors qu’en réalité elle vit seule.

Les idées délirantes peuvent également se manifester sous la forme de convictions paranoïaques ou accuser quelqu’un d’autre d’avoir fait quelque chose qui ne s’est pas réellement produit. Par exemple, la personne atteinte de la maladie peut égarer quelque chose et accuser quelqu’un d’autre de l’avoir volé. Certaines personnes atteintes de la maladie peuvent manifester l’idée délirante que les autres « leur en veulent ». Par exemple, une telle personne pourrait croire que sa nourriture est empoisonnée.

Les hallucinations sont des perceptions inexactes concernant les objets ou les événements, qui impliquent les sens. Elles semblent vraies pour la personne qui les éprouve, mais elles ne peuvent être confirmées par personne d’autre. Les hallucinations sont une perception fausse qui peut occasionner des expériences positives ou des expériences négatives.

Les hallucinations éprouvées par des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer peuvent impliquer n’importe lequel des sens, mais elles sont la plupart du temps visuelles (voir quelque chose qui n’est pas là) ou auditives (entendre des bruits ou des voix qui n’existent pas réellement). Par exemple, une hallucination visuelle pourrait consister en des insectes sur le lit, qui ne sont pas vraiment là. Bien entendu, les gens commettent également des « erreurs visuelles », par exemple lorsqu’ils prennent une robe de chambre accrochée pour une personne parce qu’ils ne voient pas l’objet clairement. Cela peut arriver à n’importe qui et n’est pas considéré comme une hallucination.

CAUSES POSSIBLES

  • Différentes combinaisons de médicaments (vous pourriez en parler à un médecin)
  • Personnes et milieux peu familiers
  • Changements dans les routines
  • Éclairage inadéquat
  • Environnement trop stimulant (trop de bruit, trop de personnes, trop de distractions)
  • Agitation vespérale, une forme de désorientation et de confusion que certaines personnes atteintes de la maladie manifestent à la fin de l’après-midi. Pour en savoir plus sur l’agitation vespérale.

COMMENT RÉAGIR AUX IDÉES DÉLIRANTES ET AUX HALLUCINATIONS

  • Essayez de déterminer si la personne éprouve des difficultés à voir ou à entendre.
  • Assurez-vous que l’éclairage est adéquat.
  • Assurez-vous que la personne mange une alimentation bien équilibrée (la malnutrition ou la déshydratation peuvent occasionner une nutrition insuffisante du cerveau).
  • Essayez de rendre l’environnement confortable (des personnes ou des environnements peu familiers peuvent être désorientants).
  • Maintenez les horaires et les routines.
  • Essayez de ne pas changer l’environnement.
  • Vérifiez la présence de blessures physiques, comme des ecchymoses ou des éraflures (une chute qui n’a eu aucun témoin pourrait causer des hallucinations).
  • Déterminez si l’hallucination ou l’idée délirante dérange la personne atteinte de la maladie (si elle est agréable, vous préférerez peut-être ne rien faire à ce sujet).
  • Essayez de trouver une façon de soulager le stress (par exemple, si la personne atteinte de la maladie d’Alzheimer affirme que son collier a été volé, aidez-la à le chercher ou essayez de la distraire en faisant autre chose).
  • Réagissez aux sentiments et pas au problème. Plutôt que de contredire la personne, reconnaissez sa préoccupation.
  • Ne vous mettez pas en colère contre elle et évitez de vous disputer avec elle. Vous ne gagnerez pas une dispute avec une personne qui manifeste une hallucination ou une idée délirante. N’oubliez pas que pour elle, les hallucinations ou les idées délirantes sont très vraies.
  • Menez une enquête pour vous assurer que les soupçons ne sont pas basés sur des faits. Il est possible que la personne soit réellement victime de quelque chose.
  • Ayez recours à des distractions familières, comme écouter de la musique, faire de l’exercice, jouer aux cartes ou regarder des photos.
  • Rassurez la personne.

Mise à jour : 01/08/15
Retour au début