Impliquez-vous

Imprimer

Foire aux questions

Les Canadiens sont confrontés à tellement d'enjeux. Avons-nous vraiment besoin maintenant d'accorder autant d'importance aux maladies cognitives?

Les maladies cognitives représentent l'un des plus graves problèmes de santé aujourd'hui au Canada. Les statistiques sont effarantes : on estime que 564 000 Canadiens vivent avec l'Alzheimer ou une autre maladie cognitive. L'âge reste le plus grand facteur de risque. En raison du vieillissement de la génération des bébé-boumeurs, on s’attend à ce que le nombre de Canadiens atteints de l'Alzheimer ou d'une autre maladie cognitive passe à 937 000 d’ici à 2031, soit une augmentation de 66 %. Les coûts totaux du système de soins de santé et ceux à la charge des aidants sont estimés à 10,4 milliards de dollars. D’ici à 2031, on s’attend à ce que ce chiffre augmente de 60 % pour atteindre 16,6 milliards de dollars.

Que pouvons-nous faire pour prévenir l'Alzheimer et les maladies apparentées?

La maladie d'Alzheimer est incurable et nous n'en connaissons pas les causes. Pour le moment, certains médicaments peuvent aider à en gérer les symptômes, mais aucun ne peut enrayer, ralentir ou renverser le cours de cette maladie débilitante et mortelle à plus ou moins long terme. En nous donnant la possibilité de soutenir et de coordonner la recherche sur les maladies cognitives à travers le pays, le Partenariat canadien contre l’Alzheimer et les maladies apparentées accélérait la quête pour un remède.

Pourquoi le gouvernement fédéral devrait-il être mis à contribution dans l'élaboration d'une stratégie nationale sur les maladies cognitives? Les soins de santé ne sont-ils pas de compétence provinciale?

En raison de l'ampleur, de l'impact et des coûts des maladies cognitives, aucune province ou organisation ne peut, à elle seule, faire face à ce problème majeur en matière de soins de santé. Pour vraiment améliorer les choses, il faut unir et coordonner nos efforts et mettre en commun la recherche, les connaissances et les ressources de tout le pays.

En quoi les Canadiens atteints d'une maladie cognitive et les aidants profiteront-ils d'une stratégie nationale sur les maladies cognitives?

Une stratégie nationale sur les maladies cognitives profiterait de plusieurs façons aux personnes atteintes et aux aidants :

  • La recherche nous aiderait à trouver un remède, à améliorer la qualité de vie des personnes atteintes et à donner accès aux mêmes normes de soins à tous les Canadiens, peu importe où ils vivent dans le pays.
  • Les professionnels des soins de santé auraient une meilleure connaissance de ces maladies et seraient en mesure de déceler les symptômes plus rapidement et d'établir un diagnostic précoce.
  • Les personnes atteintes d'une maladie cognitive bénéficieraient d'un meilleur accès aux soins ainsi qu'à de l'information fondée sur des données probantes, à des outils et à des ressources de première nécessité, et à des programmes de soutien comme Premier lienMD.
  • Un effort plus soutenu pourrait être déployé pour déstigmatiser les maladies cognitives.
  • Les Canadiens seraient mieux informés sur ce qu'ils peuvent faire pour soutenir un proche, une voisine ou un client atteint de l’Alzheimer ou d’une maladie apparentée.
  • Les aidants qui doivent laisser leur emploi ou réduire leurs heures de travail pour donner des soins pourraient profiter des dispositions gouvernementales sur la protection des emplois et d'une allocation de soutien du revenu.

Combien de temps faudrait-t-il pour pouvoir observer les effets de cette stratégie?

La Société Alzheimer a proposé la création d'un Partenariat canadien contre l’Alzheimer et les maladies apparentées. Ce Partenariat réunirait des spécialistes des maladies cognitives, des représentants du gouvernement, des chercheurs, des fournisseurs de soins de santé, des professionnels de l'industrie, des groupes de consommateurs, des personnes atteintes d'une maladie cognitive et des familles pour mener, coordonner et faciliter l’élaboration et la mise en place d’un plan national intégré et exhaustif sur les maladies cognitives au Canada.

L'Association médicale canadienne préconise la mise en place d'une stratégie nationale pour les personnes âgées. Cette proposition remet-elle en cause le Partenariat canadien contre l’Alzheimer et les maladies apparentées?

La Société Alzheimer du Canada (SAC) et l'Association médicale canadienne (AMC) sont déterminées à améliorer les services de soins offerts aux personnes âgées atteintes d'une maladie chronique. Les deux organisations sont solidaires de la proposition de l'autre. La Société Alzheimer et l'Association médicale canadienne reconnaissent qu'une stratégie nationale sur les maladies cognitives serait un premier pas dans la bonne direction pour mettre en place une stratégie nationale pour les personnes âgées. Même si la proposition de la SAC en faveur d'une stratégie nationale sur les maladies cognitives et celle de l'AMC sur une stratégie nationale pour les personnes âgées se recoupent parfois, elles sont indépendantes l'une de l'autre et il ne faut pas considérer que si l'une est acceptée elle remplacerait l'autre.

Au cours des cinq premières années de son mandat, le Partenariat canadien contre l’Alzheimer et les maladies apparentées mettrait l'accent sur trois priorités clés : renforcer les capacités de recherche du Canada sur les maladies cognitives, améliorer la qualité de vie de toutes les personnes atteintes et mettre davantage l'accent sur la prévention.


Mise à jour : 09/28/16
Retour au début