Imprimer

Conseils pour les demandes de bourses doctorales et postdoctorales

Dans le cadre du Programme de recherche de la Société Alzheimer (PRSA), le financement est accordé en fonction de l’excellence du projet soumis, selon l’évaluation du comité d’examen par des pairs. Au cours de son examen du projet de recherche proposé, le comité prend en considération l’environnement où se déroulera votre formation, ainsi que votre potentiel à titre de futur chercheur. Les suggestions suivantes ont pour but de vous aider à présenter vos idées de recherche de manière à faire accepter votre demande de bourse. Elles ne remplacent pas les directives à suivre pour soumettre votre demande, ni les critères retenus pour en faire l’évaluation.

  1. Abordez tous les points importants du projet de recherche
  2. Demandez la contribution de votre superviseur
  3. Ne faites pas de promesses excessives
  4. Démontrez la faisabilité de votre projet
  5. Reconnaissez les risques encourus
  6. Expliquez toutes les nuances de votre programme
  7. Ne compliquez pas le travail des examinateurs
  8. Ne perdez pas de vue les exigences de l’agence de financement
  9. Persévérance 
  1. Abordez tous les points importants du projet de recherche
    Le formulaire de demande du PRSA précise que le projet de recherche doit répondre à certaines exigences (par ex. ses objectifs, sa raison d’être, les méthodes utilisées, etc.), mais les examinateurs trouveront parfois que certains aspects du projet sont incomplets ou n’ont pas été abordés. Les lacunes qu’ils perçoivent peuvent influencer négativement l’évaluation de votre demande, mais cela dépend de votre discipline de recherche. Par exemple, votre projet nécessite peut-être de faire des calculs de la taille d’un échantillon, ou de préciser les souches de souris utilisées. Pour vous assurer de soumettre un projet complet, demandez à votre superviseur de vous donner ses commentaires (point 2 ci-dessous). Il serait peut-être également utile de consulter des revues spécialisées, dans lesquelles on retrouve souvent des listes de contrôle pour les examinateurs, dont certaines sections pourraient peut-être vous aider à établir une comparaison avec votre propre projet.
  2. Demandez la contribution de votre superviseur
    En plus de vous fournir une excellente lettre de recommandation (signée et présentée sur du papier à en-tête), votre superviseur devrait lire votre demande et vous donner ses commentaires. Il accumule de nombreuses années d’expérience dans le domaine de la recherche et dans la façon de rédiger une demande d’aide financière, et sa participation à votre propre demande (ou sa non participation) peut jouer un rôle important. Aux yeux des examinateurs, son degré de participation pourrait refléter le temps et l’énergie qu’il vous consacrera au cours de votre formation.
  3. Ne faites pas de promesses excessives
    Il s’agit d’un conseil souvent prodigué, mais il faut le redire. De manière générale, une hypothèse bien fondée et rationnelle vaut mieux qu’une série de questions de recherche imprécises. Vous devez convaincre les examinateurs que vous êtes en mesure de mener à terme le travail que vous avez promis d’accomplir dans votre demande, dans le respect de l’échéance que vous avez fixée. Ne vous dispersez pas dans vos plans de recherche.
  4. Démontrez la faisabilité de votre projet
    Comme nous le soulignons ci-dessus, vous devez convaincre les examinateurs que vous êtes en mesure de terminer le travail promis. Dans la mesure du possible, essayez de ne pas laisser le doute s’installer. Par exemple, si vous devez avoir accès à un échantillon clinique, demandez au clinicien orienteur de vous fournir une lettre d’appui, ou si vous utilisez les données ou l’équipement de quelqu’un d’autre, demandez à cette personne de vous fournir une lettre pour confirmer son accord.
  5. Reconnaissez les risques encourus
    Tout projet de recherche comporte des risques. Vos expériences pourraient échouer ou vos théories être invalidées. Faites ressortir les risques importants que comporte votre projet de recherche et décrivez comment vous tenterez de les maîtriser. En faisant ressortir les écueils possibles que vous devrez contourner et en prouvant qu’ils ne vous feront pas faire fausse route, vous contribuerez à convaincre les examinateurs que vous serez en mesure de terminer votre programme de formation.
  6. Expliquez toutes les nuances de votre programme
    Dans certains programmes de doctorat, vous commencez votre formation directement dans un laboratoire, projet en main. D’autres nécessitent plusieurs années de cours et des examens finaux avant de pouvoir entreprendre la thèse. Si votre programme ressemble davantage à ce dernier cas, des conséquences importantes pourraient en découler pour votre projet de recherche. Assurez-vous de bien expliquer dans votre demande les échéanciers relatifs à votre programme.
  7. Ne compliquez pas le travail des examinateurs
    Plusieurs chercheurs ont décidé de redonner à la Société en participant aux comités d’évaluation par des pairs. Il ne faut pas oublier que ces personnes ne sont pas rémunérées et qu’elles doivent s’absenter de leur propre travail pour lire et évaluer votre demande. Faites tout ce qui est possible pour leur faciliter la tâche. Prenez sur vous-même la responsabilité d’expliquer vos idées clairement et de façon concise. Une demande mal ficelée, ou remplie de fautes d’orthographe ou de grammaire pourrait nuire à une idée de recherche par ailleurs fantastique. Relisez-vous plusieurs fois et demandez également à d’autres personnes de lire votre demande. Si votre université offre des cours de rédaction et de révision, profitez-en. Ne vous attendez pas à ce que les examinateurs vérifient chacune de vos références. La rédaction de divers documents et demandes de bourse est une réalité du travail universitaire. Il est important de développer ce genre de compétence. Le plus tôt sera le mieux.
  8. Ne perdez pas de vue les exigences de l’agence de financement
    Les agences de financement sont toutes différentes, y compris en ce qui a trait au nombre d’heures et aux ressources qu’elles consacrent au processus d’évaluation par des pairs. Lisez attentivement les directives du PRSA, et ne vous attendez pas à ce que les directives d’autres agences de financement s’appliquent. Si vous avez besoin de clarifications, communiquez avec nous.
  9. Persévérance
    Le financement doctoral et postdoctoral est bon pour le compte bancaire, pour la carrière et pour le moral. Pour ces trois raisons (et plus), il vaut mieux prendre le temps et la peine de soumettre le meilleur projet possible. Si vous échouez la première fois et si vous êtes toujours admissible, essayez de nouveau. C’est ainsi que plusieurs projets sont financés et que des études sont publiées.

Mise à jour : 04/19/16
Retour au début