La maladie

Imprimer

Préjugés

En juin 2016, on estime que 564 000 Canadiens personnes vivent avec l’Alzheimer ou une maladie apparentée. Malheureusement, ces personnes se sentent souvent exclues ou traitées différemment.

Les stéréotypes et la fausse information peuvent intimider les amis et la famille. Certaines personnes croient qu’il n’y a rien à faire, ou négligent les symptômes en disant « qu’ils font partie du vieillissement normal. »

Le langage négatif souvent utilisé pour décrire l’Alzheimer et les maladies apparentées a tendance à être centré sur la maladie et réduit les personnes atteintes à une série d’étiquettes, de symptômes ou de termes médicaux. 

Il est important de savoir que les réactions négatives des amis, de la famille et des professionnels peuvent avoir un impact sur le bien-être de la personne et sa capacité à gérer les changements qu’entraîne la maladie.

Et vous, où vous situez-vous? Testez vos attitudes. Quelles seraient vos réactions aux situations présentées dans les six scénarios de notre questionnaire? Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise réponse, mais votre comportement pourrait vous surprendre.

Relevez maintenant le défi >

Combattez les préjugés

En plus de blesser les personnes malades, les préjugés dissuadent les familles de se confier ou d’obtenir le soutien dont elles ont besoin.

Aidez-nous à combattre les préjugés.

Six moyens faciles d’agir concrètement:

  • Informez-vous. Partagez vos connaissances avec votre entourage, famille et amis, tout particulièrement pour rétablir les faits si quelqu’un dit des faussetés. Pour vaincre ses peurs et mieux comprendre, il faut parler de ces maladies.
  • Ne présumez de rien. L’Alzheimer est une maladie progressive qui affecte chaque personne de manière différente. Recevoir un tel diagnostic n’implique pas qu’il faut immédiatement arrêter de travailler ou mettre un terme à sa routine quotidienne.
  • Faites attention à vos paroles. Avez-vous déjà dit de quelqu’un : « Elle a perdu le nord », ou : « Il est un peu gaga »? Ne vous moquez pas. Bien que les blagues sur ces maladies soient très courantes, elles ne sont pas plus acceptables que les blagues racistes.
  • Traitez avec respect et dignité la personne atteinte de l’Alzheimer ou d’une maladie apparentée. Sa capacité à continuer de faire ce que nous tenions pour acquis s’altérera au fil du temps. Mais peu importe le stade de la maladie, la personne est toujours ce qu’elle était, avec ses capacités et ses besoins uniques. Sachez l’apprécier telle qu’elle est. Dans les réunions de famille ou les réunions sociales, ne l’ignorez pas ou ne parlez pas d’elle en sa présence comme si elle n’y était pas.
  • Soyez une amie. La personne malade ne veut pas perdre ses amis, ni cesser de faire les choses qu’elle aime. Donnez-lui votre appui. Gardez le contact et entretenez votre relation. Les activités sociales aident à ralentir la progression de la maladie et votre amie sentira qu’elle a de l’importance à vos yeux.
  • Prenez la parole! Ne laissez pas passer les idées reçues qui perpétuent toutes sortes de préjugés et de mythes dans les médias. Communiquez avec votre station de radio ou de télévision locale ou écrivez un mot dans le journal de votre localité. Les médias ont un pouvoir énorme sur nos façons d’agir et de penser.

Mise à jour : 06/26/17
Retour au début