« Il est encore là »

Par Pam Cross

Pam Cross

Mon mari Brad a toujours été un extraverti et un optimiste. Quand on lui demandait : « Comment ça va? », il répondait toujours : « 110 pour cent! » C'était sa façon à lui de voir les choses.

Même si Brad a reçu un diagnostic de maladie cognitive il y a quatre ans, il aime toujours s'entourer de gens. Malgré ses difficultés à s'exprimer, il arrive toujours à communiquer avec moi. Il est encore là. Sa manière de me prendre dans ses bras ou de me caresser, ou même de plier sa serviette de table ou de rire, c'est tout à fait lui.

Tout a commencé en 2012, lorsque nous avons pris rendez-vous chez le médecin parce que je croyais que Brad faisait une dépression atypique. Il avait eu 60 ans l’année précédente, sa sœur et son beau-frère venaient de mourir, et il était en train de fermer sa compagnie d'équipements lourds.

Mais ce que le médecin a découvert nous a pris par surprise. Il lui a diagnostiqué une angiopathie amyloïde cérébrale, qui est une maladie neurologique causée par l'accumulation de protéines, appelées amyloïdes, sur la paroi des artères du cerveau. Cette maladie augmente le risque d'accident vasculaire cérébral hémorragique et de maladie cognitive. En fait, Brad a subi un terrible AVC un peu plus tard au cours de la même année, ce qui a probablement accéléré la progression de ses troubles cognitifs.

Ce n'est qu'après le diagnostic que mes amis et voisins m’ont raconté qu'ils avaient souvent retrouvé Brad stationné dans leur entrée et incapable d'expliquer ce qu'il faisait là. Les gens ne savaient pas comment me mettre au courant de la situation.

Sa maladie a progressé rapidement. En 2013, Brad a été admis dans un centre de soins de longue durée. Lorsque je regarde maintenant à ce que j’ai écrit dans mon journal personnel à l'époque où nous avons appris le diagnostic, je réalise jusqu'à quel point j’étais en colère. J’ai maintenant appris à accepter la situation et je trouve même parfois des moments de bonheur.

Un esprit négatif ne créera jamais une vie positive. Cette épreuve peut vous détruire. Elle peut aussi apporter dans votre vie des personnes extraordinaires, de l'amour et de la compassion. Il faut simplement savoir s'ouvrir. C’est de ma responsabilité d'entrer dans le monde de Brad parce qu’il ne pourra jamais revenir dans le mien.

Croyez-le ou non, il m'apprend toujours des choses : par exemple, que nous avons été importants l'un pour l'autre et que nous le sommes toujours, et que je suis toujours heureuse, comme avant, de l'avoir dans ma vie. Je sais que cela peut paraître un peu bizarre, mais j'apprends maintenant à accepter les choses telles qu'elles sont.


La vie ne se termine pas avec l'apparition de la maladie d'Alzheimer. Découvrez comment appuyer les personnes atteintes ►