Le mois de la sensibilisation à la maladie d’Alzheimer

Chaque année en janvier, le mois de la sensibilisation à la maladie d’Alzheimer est l’occasion que saisissent les Sociétés Alzheimer de partout au Canada pour conscientiser la population et l’encourager à l’action.

Pour les Canadiennes et les Canadiens atteints d’une démence, la discrimination constitue un des plus gros obstacles à vaincre pour bien vivre avec la maladie. Souvent, la stigmatisation, les stéréotypes et les idées fausses empêchent les personnes atteintes de parler ouvertement de leurs symptômes ou de demander de l’aide. La discrimination est partout et peut être un immense obstacle à la qualité de vie et à l’obtention de soins appropriés. Mais les choses n’ont pas à être ainsi!

Cessons de porter des jugements sur les personnes atteintes de démence. Cessons de les percevoir comme une maladie ou une statistique, mais regardons plutôt ces personnes comme des êtres humains qui désirent notre amitié ou qui en ont besoin, et qui méritent d’être soutenus dans la dignité et le respect. Oublions notre pire blague sur la maladie d’Alzheimer et ayons de l’empathie pour les personnes qui en sont atteintes. Essayons d’envisager la vie selon leur perspective.

Nous combattons tous chacun à sa façon la discrimination dans nos collectivités respectives; toutefois, la discrimination ne pourra être éradiquée par une seule personne ou un seul organisme. Actuellement, environ 15 000 Néo-Brunswickoises et Néo-Brunswickois vivent avec une démence, et 14 % d’entre eux sont âgés de moins de 65 ans. 

La démence ne touche pas seulement les personnes qui ont la maladie. En effet, les membres de la famille, les amis, les aidants vivent également avec la démence. Il est essentiel que nous fassions du Canada un endroit sûr et inclusif pour chaque personne qui vit avec la démence. 

Faites passer le message et amorcez les discussions afin d’aider la population à voir la démence autrement.

Le saviez-vous?

Lors d’un récent sondage, 46 % des répondants ont dit qu’ils éprouveraient un sentiment de honte ou d’embarras s’ils avaient l’Alzheimer, tandis que 61 % des personnes interrogées ont déclaré qu’ils auraient à faire face à une forme ou une autre de discrimination. L’enquête a également démontré qu’un Canadien sur quatre estime que ses amis et les membres de sa famille l’éviteraient s’il recevait un diagnostic d’Alzheimer. Finalement, seuls 5 % des Canadiens s’informeraient davantage sur ce trouble si un membre de leur famille, un ami ou un collègue recevait un tel diagnostic. Pour lire le sondage et pour apprendre davantage sur la stigmatisation entourant la maladie d'Alzheimer, cliquez ici.

La vie avec l'Alzheimer

La meilleure manière de comprendre l’impact de la stigmatisation est de l’entendre directement des personnes qui en sont victimes. Prenez un moment pour rencontrer quelques-unes de ces personnes qui ont généreusement raconté leur histoire.


Last Updated: 01/08/2018