Quotidien

Imprimer

Période de Fêtes et occasions spéciales

Quelques conseils pour passer de belles fêtes

La saison des fêtes peut s’avérer particulièrement stressante pour les aidants et les personnes atteintes de l’Alzheimer ou d’une maladie apparentée. Les lieux inconnus, la présence de nombreuses personnes, le bruit et le rythme effréné des célébrations peuvent causer de l’anxiété. Pour minimiser le stress, il est important de maintenir la routine quotidienne de la personne dont vous avez soin, qu’elle vive à la maison ou en établissement.

En simplifiant les choses et en ménageant vos forces, le temps des fêtes sera agréable et plaisant pour toute la famille.

Occasions spéciales Les fêtes chez un établissement de soins de longue durée
Les fêtes chez vous Les fêtes et l'aidant

Voici quelques conseils utiles :

  • Choisissez les occasions et les traditions qui sont les plus importantes pour vous et pour votre famille.
  • Essayez d'organiser de petites célébrations.
  • Envisagez d’embaucher de l’aide ou demander aux autres membres de la famille et aux amis d’aider, peut-être en apportant de la nourriture ou en arrivant tôt pour vous aider à tout organiser.
  • Demandez à la personne atteinte de la maladie d’Alzheimer si elle souhaite contribuer. Même si elle ne peut plus faire cuire des biscuits, elle pourrait remuer la pâte ou ajouter les ingrédients.
  • Impliquez-la lors de la planification d’un souper ou de la préparation de la liste d’invités.
  • Créez une nouvelle tradition familiale, comme regarder votre film préféré de la saison des fêtes, assister ensemble à un service religieux ou chanter des chants traditionnels.
  • Si vous vous rendez dans une maison que vous ne connaissez pas, essayez de prévoir ce dont vous aurez besoin, par exemple une étiquette sur la porte de la salle de bains, des napperons antidérapants pour mettre sous les assiettes et une quantité suffisante de serviettes pour personnes incontinentes.
  • Si des visiteurs séjournent chez vous, essayez de prévoir ce qu’ils devront savoir, par exemple ne pas laisser la porte avant ouverte ou ne pas laisser de médicaments ou d’autres articles potentiellement dangereux à un endroit où la personne pourrait les trouver.
  • N’oubliez pas que les activités tranquilles, en tête à tête, par exemple feuilleter un album de photos ensemble ou jouer aux cartes, sont moins stressantes que des activités bruyantes avec plusieurs personnes, même si la personne aimait autrefois ce genre d’activités.

Occasions spéciales

La vie nous apporte des moments de joie, des célébrations qui marquent des jalons, et des moments de peine.
Qu’il s’agisse d’un mariage, d’une fête d’anniversaire, d’une bar-mitsva, de funérailles, de fêtes ou d’une visite d’une personne qui arrive de loin, une occasion spéciale est un moment pour célébrer les individus et leurs liens.

Si vous vous occupez d’une personne atteinte d’Alzheimer, vous serez peut-être tenté de ne pas vous rendre aux occasions spéciales en raison de votre responsabilité d’aidant. Si la famille célèbre un événement, il est parfois difficile de déterminer s’il est préférable d’inclure la personne ou de prendre d’autres dispositions pour ses soins.

Lorsque vous faites votre choix, voici quelques éléments que vous pouvez prendre en considération.

  • Comment pouvez-vous, ou les autres membres de la famille peuvent-ils, aider la personne atteinte d’Alzheimer à avoir une expérience riche lors d’une occasion spéciale?
  • Quelle est la meilleure façon pour les aidants de s’occuper d’eux-mêmes tout en s’occupant d’une personne atteinte d’Alzheimer lors d’une occasion spéciale?

Conseils pour aider une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer lors d’une occasion spéciale :

  • N’oubliez pas que la célébration d’un événement peut apporter des sentiments de joie ou de tristesse. Si une célébration rappelle à la personne atteinte d’Alzheimer des événements auxquels elle a participé autrefois, elle pensera peut-être que l’événement que vous célébrez provient d’une autre époque. Elle parlera peut-être de personnes et d’activités du passé comme si elles existaient aujourd’hui. Plutôt que d’essayer de ramener la personne au moment présent, parlez de l’événement passé et de ses souvenirs d’occasions semblables. Revivez l’incident avec des conversations et des rires. Si la personne ressent de la tristesse, montrez-vous compatissant et rappelez-lui qu’elle est appréciée, puis redirigez ses pensées vers autre chose.
  • Si vous planifiez un événement en l’honneur de la personne atteinte d’Alzheimer, organisez l’activité à l’heure de la journée où elle sera le plus en mesure de participer. Bon nombre de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer sont à leur meilleur le matin, d'autres ont besoin d’un matin détendu et sont plus en mesure de participer à des activités l'après-midi. Songez à inviter moins de personnes. Ou décalez les heures auxquelles les invités arrivent, afin qu’ils puissent plus facilement interagir avec la personne en tête à tête.
  • Choisissez un endroit familier pour l’événement. Cela permet de réduire le stress et génère un sentiment de bien-être.
  • Lorsque c’est possible, impliquez la personne dans les préparatifs. Une grande partie du plaisir associé à un événement est la camaraderie qui est créée lors des préparatifs et l’anticipation de l’occasion spéciale.
  • Si la personne est sensible à trop de stimulation, songez à l’inclure dans la partie de l’événement la plus importante. Si elle apprécie les événements formels ou sentimentaux, songez à l’emmener uniquement à la célébration du mariage. Ensuite, prenez les dispositions nécessaires pour que quelqu’un lui tienne compagnie pendant la réception, qui est plus animée.
  • Si la personne atteinte de la maladie d’Alzheimer est incapable d’assister à l’événement spécial, songez à apporter l’événement à la personne. Organisez une visite spéciale des mariés, de la personne qui prend sa retraite ou de la personne en l’honneur de qui la fête a lieu. Planifiez des occasions où d’autres membres de la famille peuvent visiter un à la fois ou en petits groupes, pour que la personne ne se sente pas accablée.
  • Bien qu’elle ne se rappelle pas toutes ses réalisations passées ou son rôle dans l’histoire de la famille, elle reste encore la personne qui savait raconter des blagues ou organiser des réunions de famille. C’est encore la personne taquine dans la famille ou celle qui pouvait tout réparer. Le fait que ses capacités changent ne modifie pas son importance pour la famille ou son besoin d’être inclus lors des occasions spéciales.

Mise à jour : 10/13/15
Retour au début