Le deuil et la perte

Les maladies cognitives et les soins en fin de vie

Le deuil et la perte

Le deuil blanc dans les derniers stades de la maladie

Lorsque la personne atteinte de la maladie atteindra les derniers stades, il se peut qu’elle ne vous reconnaisse plus ou qu’elle ne puisse plus communiquer avec vous et cela peut être extrêmement douloureux. Vous êtes conscient que la relation entre vous touche à sa fin sans pouvoir faire le deuil de la personne car elle est toujours en vie. Reconnaître ces sentiments et comprendre le concept du deuil blanc peut aider à en atténuer les effets.

Dans ces moments, le fait de rester assis et tenir la main de la personne ou de passer son bras autour d’elle peut être réconfortant pour les deux. Le souvenir de tout ce que vous avez fait pour soutenir la personne pourra également vous procurer du réconfort.

Trouvez le moyen de rester en contact avec la personne telle qu’elle est aux divers stades de la maladie. Alors que vous ferez face à la disparition graduelle de votre relation avec cette personne, il sera important d’entretenir des relations étroites avec votre famille et vos amis, et de nouer de nouvelles amitiés.

Bien que cela soit souvent difficile, il est important d'être réaliste quant à la façon dont la maladie affecte la personne au fil du temps et il faut planifier pour une vie sur votre propre après que la personne atteinte est partie.

Le deuil et le chagrin après la mort

Certains aidants de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou d’une maladie apparentée trouvent qu’ils ont fait le deuil de la personne pendant si longtemps qu’ils ne ressentent pas d’émotions vives de chagrin lorsque la personne décède. D’autres peuvent passer par tout un éventail de réactions émotionnelles qui comprennent l’engourdissement affectif, le déni de la situation, la surprise, la douleur, le soulagement, la culpabilité, la tristesse, le sentiment d’isolement ou l’absence de but. Si vous avez pris soin d’une personne atteinte de la maladie, il se peut que vous ressentiez un énorme vide dans votre vie lorsque la personne n’est plus là.

Il est normal pour certaines personnes de ressentir ces sentiments de chagrin pendant une longue période de temps. Même si dans l’ensemble, vous vous adaptez bien, vous trouverez qu’il y aura quand même des moments où vous vous sentirez particulièrement triste ou bouleversé, comme au premier Noël, à sa date d’anniversaire ou à la fête des pères ou mères.

Pendant les mois qui suivront leur décès, quand vous êtes encore sous le choc ou vulnérable, évitez de prendre des décisions majeures. Consultez votre médecin si vous vous sentez angoissé ou déprimé.

Ressources supplémentaires

Section suivante : Se reprendre en main

Menu