Réconforter la personne

Les maladies cognitives et les soins en fin de vie

Réconforter la personne


« Il ne faut pas tenir compte de soi-même mais plutôt penser à la personne qui est en train de mourir. Il ne s’agit pas de soi. Il s’agit de la personne qu’on aime. Il était question de mettre ma mère à l’aise et d’être avec elle lors de ce passage de la vie à la mort. » – Debbie George, aidante en Nouvelle-Écosse


Bien que la personne ne semble pas vous reconnaître durant les derniers stades, votre présence continue de lui procurer du réconfort. Voici quelques suggestions sur la manière de procurer du confort à la personne :

  • Communiquez par les sens en lui tenant la main, en sentant un parfum ensemble ou en écoutant la musique qu’elle aimait dans le passé.
  • Continuez de la toucher et de la rassurer en étant près d’elle.
  • Parlez-lui calmement et naturellement.
  • Si nécessaire, lavez et séchez-lui la peau délicatement, avec le moins de force et friction possibles.
  • Relevez la tête de lit si sa respiration est difficile ou soulevez le haut de son corps à l’aide d’oreillers.
  • Soyez à ses côtés pour la conforter et communiquez avec elle par le toucher.
  • Massez-lui délicatement les mains et les pieds avec de la lotion.
  • Racontez-lui des histoires, remémorez le passé, lisez-lui des livres ou écoutez de la musique ensemble.
  • Tamisez la lumière.
  • Lorsque la personne refuse de manger ou de boire, gardez ses lèvres hydratées, renseignez-vous pour lui fournir des soins oraux et nettoyez ses dents, sa langue et l’intérieur de sa bouche.
  • Parlez de manière apaisante et réconfortante pour rappeler à la personne qu’elle est en sécurité et qu’on s’occupe d’elle.
  • Mettez l’accent sur les besoins physiques, psychologiques et spirituels de la personne.
  • Utilisez des médicaments analgésiques pour soulager la douleur et l’inconfort.
  • Changez délicatement la position de la personne pour soulager la pression sur les différentes parties du corps, une par une.
  • Soyez à l’écoute de la personne, par exemple, si elle fait des grimaces lorsque vous essayez de la bouger, arrêtez et réessayez plus tard.

« Elle voulait qu’on lui tienne la main en tout temps. On avait l’impression de lui apporter du réconfort. On est resté avec elle et on lui caressait la main, pour lui rendre le passage plus facile. » – Debbie George, aidante en Nouvelle-Écosse


Il est important de consulter l’équipe soignante avant d’offrir à boire ou à manger à la personne. Certaines personnes peuvent commencer à avoir des difficultés à avaler. Vous pouvez trouver des stratégies utiles pour nourrir une personne qui a des difficultés à avaler dans le feuillet Le stade avancé de la série « Évolution » de la Société Alzheimer.

Faire ses adieux lorsque la fin approche

Rachael Mierke a reçu l’appel d’une infirmière de la maison de soins de longue durée à 2 heures du matin pour lui signaler que la respiration de son père avait changé de manière significative et que la fin était proche. Rachael a apprécié ce geste et a été réconfortée par les paroles compatissantes de l’infirmière. « Elle a dit : Je vais rester auprès de votre père jusqu’à votre arrivée pour qu’il ne soit pas seul. Je savais que quelqu’un veillait sur lui et prenait soin de lui. C’était beau – cette intimité et cette délicatesse » raconte Rachael, une coordonnatrice de Premier LienMD de la Société Alzheimer du Manitoba à Winnipeg.

Afficher plus

Ancienne infirmière en soins palliatifs, Rachael a reconnu les symptômes respiratoires de fin de vie dès qu’elle est entrée dans la chambre et a vu son père. Il aimait la musique country, alors elle a joué des chansons de Johnny Cash dans sa chambre. « Nous l’avons observé et maintenu le volume bas car mon père était un homme tranquille. Je lui ai dit que nous étions avec lui et que je l’aimais. Je lui ai dit à quel point il avait été un bon père et rappelé combien de bonnes choses il avait faites. Je crois que l’ouïe est le dernier sens qu’on perd et j’ai donc pensé que s’il pouvait nous entendre ce serait apaisant » dit-elle.

Alors que Rachael et sa sœur étaient auprès de lui pendant ces dernières heures, quelque chose de remarquable est advenu. « Ma sœur et mon père avait une relation difficile » explique Rachael. « Tout proche de la fin, Papa s’est redressé, a regardé ma sœur et lui a dit « bien, bien, bien. » Il était tellement heureux de la voir. Elle l’a regardé et lui a dit « Je suis là ». Ça a été une mort parfaite. Il y a eu un échange entre eux et il était heureux de la voir. Ça a été une expérience très forte pour moi et un cadeau pour les deux » remarque-t-elle.

Afficher moins

Section suivante : Conseils pour prendre soin de vous-même

Menu